10 ANS APRÈS LA DÉCLARATION DE MAPUTO: PAYSANS ET ÉLEVEURS D’AFRIQUE, DE L’ESPOIR À LA DÉSILLUSION

Ceci est une lettre ouverte aux Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine, parvenue à notre rédaction par l’intermédiaire d’Oxfam. Des partenaires de l’ONG, qui ont signé la lettre, s’interrogent sur la volonté des Gouvernements africains de développer l’agriculture et l’élevage, cela, 10 après leur engagement pris à Maputo en faveur de ces secteurs.

Nous les agriculteurs, agricultrices, éleveurs et femmes éleveurs d’Afrique nourrissons la population du continent en produisant 80% des denrées alimentaires de base dans des conditions techniques et climatiques souvent difficiles. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme et d’espoir que nous avions accueilli la déclaration faite par les Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine, le 10 Juillet 2003, à l’issue de la Conférence de Maputo. Cette déclaration proposait une batterie de mesures ambitieuses pour accompagner l’agriculture et l’élevage et lui permettre de contribuer à la souveraineté alimentaire de nos Etats. L’une des mesures phares était l’engagement « … d’adopter des politiques saines de développement agricole et d’allouer chaque année au moins 10% de nos budgets nationaux à leur mise en œuvre, dans un délai de cinq ans (…) ».

Cette mesure était assujettie d’un engagement marquant de mettre d’urgence en œuvre le Programme détaillé pour le développement de l’agriculture en Afrique (PPDAA). C’était à notre sens des engagements forts et salutaires pour corriger une incohérence socio-économique qui tendait non seulement à creuser les inégalités mais également à élargir et approfondir les foyers de pauvreté dans le monde rural.

En effet, en Afrique de l’Ouest, nos métiers d’agriculteurs et d’éleveurs occupent plus de 60% de la population active et représentent 30% du PIB. Il était difficile de continuer à ignorer ces secteurs stratégiques d’un point de vue économique et social.

10 ans après la Déclaration de Maputo, nos espoirs sont déçus : moins de 10 Etats, sur les 54 que compte l’Union Africaine, ont atteint cette barre symbolique de 10%. Malheureusement, même pour ceux qui ont pu le faire, les rares ressources allouées à l’agriculture alimentent essentiellement des budgets de fonctionnement, en lieu et place de vrais INVESTISSEMENTS qui bénéficient aux éleveurs et paysans.

Sur un autre plan, l’Aide Publique au Développement, continue de représenter une part significative des budgets agricoles (plus de 50% au Ghana, prés de 70% au Niger et Burkina, qui forment le duo de tête des pays africains). Ceci interroge sur la volonté politique de nos Etats d’investir durablement dans l’agriculture. Mais surtout ceci nous inquiète sur la qualité des rares INVESTISSEMENTS réalisés et permet certainement de comprendre que l’essentiel des pays ayant atteint l’objectif de 10% se trouvent dans la région mais celle-ci ne parvient toujours pas à se sortir de la précarité alimentaire dans laquelle elle est enlisée.

 

Lire la suite sur Burkina24

Téléchargement

Version en Français


Télécharger ici

English version


Download here

Version en Fulfulde


Télécharger ici

Echos du PRAPS

Bulletin Trimestriel d’information du Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel N° 003 Juillet-Août-Septembre 2016
Télécharger ici

Dans la presse

  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
prev
next

RFI : LE COQ CHANTE La foire du fourrage de Thiou, au Burkina Faso Par Sayouba Traoré

Diffusion : dimanche 19 avril 2015 Thiou est une cité à mi-chemin entre Ouahigouya, capitale de la région du Nord au Burkina Faso, et Koro, la première ville malienne après la ...

Lire la suite...

LESAHEL.ORG : Rencontre de haut niveau de l’Association pour la Promotion de l’élevage au Sahel et en Savane (APESS) : Pour des actions concertées en vue de booster l’élevage dans la région

2 mars 2015. Le ministre de l’Elevage, M. Mahaman El hadji Ousmane, a présidé, hier au Palais des Congrès de Niamey, la cérémonie d’ouverture des ateliers pour la capacitation et ...

Lire la suite...

Burkina Faso : COOPÉRATION TRANSFRONTALIÈRE : LE COMITÉ D’ÉDUCATION ET DE FORMATION DES POPULATIONS PASTORALES BURKINA-MALI INSTALLÉ

Coopération transfrontalière : le comité d’éducation et de formation des populations pastorales Burkina-Mali installé lundi 2 février 2015 L’association pour la promotion de l’élevage au sahel et en savane (APESS) a mis en...

Lire la suite...

Sud Quotidien : RELATIONS HEURTEES ENTRE ELEVEURS ET AGRICULTEURS

L’EDUCATION ET LA FORMATION POUR REGLER LES CONFLITS   Par Chérif FAYE | 05/12/2014 | 09H09 GMT Dans son souci de régler les conflits qui surviennent assez souvent en Afrique entre les éleveurs ...

Lire la suite...

LE SOLEIL : D’après l’Apess : Il est possible de moderniser l’élevage sans sacrifier les dimensions culturelles

SATURDAY, 06 DECEMBER 2014 15:44 par Abdou Diaw Face aux mutations qui affectent son secteur, l’Association pour la promotion de l’élevage au Sahel et en savane (Apess) s’est dotée d’une vision, ...

Lire la suite...

Sud Quotidien : L’APESS ETALE SA NOUVELLE VISION

25E ANNIVERSAIRE EN PROMOTION DE L’ELEVAGE EN AFRIQUE L’APESS ETALE SA NOUVELLE VISION Chérif FAYE | 04/12/2014 | 10H57 GMT L’association pour la promotion de l’élevage au Sahel et en savane (Apess) est à ...

Lire la suite...

10 ANS APRÈS LA DÉCLARATION DE MAPUTO: PAYSANS ET ÉLEVEURS D’AFRIQUE, DE L’ESPOIR À LA DÉSILLUSION

News image

Ceci est une lettre ouverte aux Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine, parvenue à notre rédaction par l’intermédiaire d’Oxfam. Des partenaires de l’ONG, qui ont signé la lettre, ...

Lire la suite...

MEDIATHEQUE

Nos partenaires

 

Partenaires dans le cadre du PREPP