Sud Quotidien : RELATIONS HEURTEES ENTRE ELEVEURS ET AGRICULTEURS

L’EDUCATION ET LA FORMATION POUR REGLER LES CONFLITS

 

Par Chérif FAYE | 05/12/2014 | 09H09 GMT

Dans son souci de régler les conflits qui surviennent assez souvent en Afrique entre les éleveurs et les agriculteurs, l’association pour la promotion de l’élevage au Sahel et en Savane (Apess), en conclave à Dakar pour son 25e anniversaire, a mis en place un programme de formation articulé autour des comités transfrontaliers intercommunaux créés pour réduire les conflits occasionnant des pertes en vies humaines dans les pays de la sous-région.

 

«Dans le cadre de son programme d’éducation, l’Apess aborde la question des conflits entre éleveurs et agriculteurs par la porte de la formation en mettant en place des comités transfrontaliers intercommunaux », révèle Dr Ibrahima Aliou, secrétaire général de l’Apess. Ces dits comités mis en place au niveau des zones transfrontalières, entre les pays, permettent de mettre en relation les différentes collectivités territoriales et les différents décideurs de la zone qui créent un comité et le gèrent pour régler les problèmes de transhumance, arrivent à réduire au maximum les conflits dans ces zones.

«Je crois que sur le plan du foncier, chacun sait que sur le plan général l’élevage est toujours le parent pauvre. Et je ne sais pas à qui revient la faute mais l’éleveur n’a pas droit au foncier d’une manière général. Si on prend un pays comme le Sénégal, il y a des terres qui appartiennent aux éleveurs. Mais si vous allez dans d’autres pays comme le Cameroun, le Niger et le Burkina Faso, l’éleveur n’a pas droit au foncier, sauf dans les zones traditionnelles de l’élevage au Sahel du Burkina par exemple où certains éleveurs ont leurs terres », explique Dr Ibrahima Aliou.

A son avis, cet état de fait est à l’origine des nombreux conflits qui surviennent entre les éleveurs souvent nomades et les agriculteurs sédentaires. « Dans les zones du Sahel qui sont des zones traditionnelles d’élevage, les éleveurs ont la terre mais quand ils arrivent dans les zones de savane où ils sont de nouveaux migrants, il y a des problèmes fonciers qui se posent. C’est là également où surviennent le plus souvent les conflits entre éleveurs et agriculteurs », déclare-t-il tout en regrettant la mort d’hommes dans ces conflits. « Vous entendez souvent dans ces genres de conflits, des morts d’hommes, comme au Burkina Faso, au Mali et au Niger. L’année dernière, il y a eu des morts au Togo et au Ghana également parce que ce ne sont pas des zones traditionnelles d’élevage. Avec la transhumance, quand des éleveurs arrivent dans une nouvelle zone, il y a des problèmes qui les mettent en conflit avec les agriculteurs », admet-il tout en étant convaincu que l’éducation et la formation permettront de réduire les risques de conflits dans le futur.

 

source : http://www.sudonline.sn/l-education-et-la-formation-pour-regler-les-conflits_a_21998.ht

 

Téléchargement

Echos du PRAPS

Bulletin Trimestriel d’information du Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel N° 003 Juillet-Août-Septembre 2016
Télécharger ici

Dans la presse

  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
prev
next

RFI : LE COQ CHANTE La foire du fourrage de Thiou, au Burkina Faso Par Sayouba Traoré

Diffusion : dimanche 19 avril 2015 Thiou est une cité à mi-chemin entre Ouahigouya, capitale de la région du Nord au Burkina Faso, et Koro, la première ville malienne après la ...

Lire la suite...

LESAHEL.ORG : Rencontre de haut niveau de l’Association pour la Promotion de l’élevage au Sahel et en Savane (APESS) : Pour des actions concertées en vue de booster l’élevage dans la région

2 mars 2015. Le ministre de l’Elevage, M. Mahaman El hadji Ousmane, a présidé, hier au Palais des Congrès de Niamey, la cérémonie d’ouverture des ateliers pour la capacitation et ...

Lire la suite...

Burkina Faso : COOPÉRATION TRANSFRONTALIÈRE : LE COMITÉ D’ÉDUCATION ET DE FORMATION DES POPULATIONS PASTORALES BURKINA-MALI INSTALLÉ

Coopération transfrontalière : le comité d’éducation et de formation des populations pastorales Burkina-Mali installé lundi 2 février 2015 L’association pour la promotion de l’élevage au sahel et en savane (APESS) a mis en...

Lire la suite...

Sud Quotidien : RELATIONS HEURTEES ENTRE ELEVEURS ET AGRICULTEURS

L’EDUCATION ET LA FORMATION POUR REGLER LES CONFLITS   Par Chérif FAYE | 05/12/2014 | 09H09 GMT Dans son souci de régler les conflits qui surviennent assez souvent en Afrique entre les éleveurs ...

Lire la suite...

LE SOLEIL : D’après l’Apess : Il est possible de moderniser l’élevage sans sacrifier les dimensions culturelles

SATURDAY, 06 DECEMBER 2014 15:44 par Abdou Diaw Face aux mutations qui affectent son secteur, l’Association pour la promotion de l’élevage au Sahel et en savane (Apess) s’est dotée d’une vision, ...

Lire la suite...

Sud Quotidien : L’APESS ETALE SA NOUVELLE VISION

25E ANNIVERSAIRE EN PROMOTION DE L’ELEVAGE EN AFRIQUE L’APESS ETALE SA NOUVELLE VISION Chérif FAYE | 04/12/2014 | 10H57 GMT L’association pour la promotion de l’élevage au Sahel et en savane (Apess) est à ...

Lire la suite...

10 ANS APRÈS LA DÉCLARATION DE MAPUTO: PAYSANS ET ÉLEVEURS D’AFRIQUE, DE L’ESPOIR À LA DÉSILLUSION

News image

Ceci est une lettre ouverte aux Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine, parvenue à notre rédaction par l’intermédiaire d’Oxfam. Des partenaires de l’ONG, qui ont signé la lettre, ...

Lire la suite...

MEDIATHEQUE

Nos partenaires

 

Partenaires dans le cadre du PREPP