Savoir-faire en gestion de programmes sensibles aux conflits, le MOPSS outille ses animateurs.

Du lundi 21 au vendredi 25 septembre 2020 le projet « Mobilité transfrontalière pastorale apaisée et stabilité sociale au Sahel » (MOPSS) a déroulé à Koudougou au Burkina Faso une Formation des Points Focaux des Organisations Régionales de Producteurs (OPR) dans les 5 pays d’intervention du MOPSS sur la Gestion des programmes sensibles aux conflits (GPSC).

Il s’est agi d’une formation introductive, avec comme objectifs de :

  • Comprendre ce que c’est la sensibilité au conflit et pourquoi elle est importante en tant qu’approche transversale, quel que soit le contexte conflictuel et quel que soit la nature de l’intervention (humanitaire, développement, paix) ;
  • Explorer les étapes de la Gestion de Programme Sensible au Conflit (GPSC) dans le cadre du MOPSS ;
  • Susciter l’intérêt pour une expérimentation de la boite à outils du projet PASSHA pour la réalisation conflit-sensible des investissements pastoraux prévus dans le cadre du MOPSS ;
  • Situer la prise en compte de la sensibilité au conflit dans les différentes phases du cycle de projet ;
  • Comprendre le rôle et les responsabilités individuelles pour l’intégration effective de la sensibilité au conflit dans MOPSS

Pour atteindre ces objectifs, la formation a abordé les thèmessuivants :

  1. Concepts clés (conflit, violence, non-violence, paix et fragilité)
  2. Le bien-fondé de la sensibilité au conflit
  3. Les 3 étapes de la Gestion de Programme Sensible au Conflit (GPSC)
  4. Aperçu de la boite à outils du projet PASSHA pour la réalisation conflit-sensible d’investissements pastoraux
  5. Sensibilité au conflit dans le cycle du projet
  6. Sensibilité au conflit et moi ?

Du fait du choix de sa zone d’intervention, MOPSS va travailler dans un contexte de conflit violent, de fragilité et volatilité. Par le choix de ses objectifs, il travaillera sur le contexte conflictuel en cherchant à influencer des causes structurelles telles que l’exclusion et la marginalisation économique et sociale et à renforcer le rôle des jeunes et des femmes dans la promotion d’une culture de paix. A travers le choix de ses partenaires, notamment des organisations faîtières d’éleveurs (RBM, APESS) et d’agriculteurs (ROPPA), il cherche à renforcer la coopération, la recherche de consensus et la prise en compte des besoins des différents groupes d’intérêts à tous les niveaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

La formation a été assurée par la conseillère en sensibilité au conflit du MOPSS/SNV, madame VIKKI Grime ; elle a regroupé une vingtaine de participants dont les points focaux du MOPSS dans les pays d’intervention (Bénin, Burkina Faso, Mali, Niger et Togo), et des leaders, des femmes et d’agents technique de l’APESS et du ROPPA.

 

Soulignons que le Secrétaire Exécutif de l’APESS, monsieur Adama TRAORE est allé pendant 3 jours soutenir les participants.

C’est bien satisfaits et bien optimistes que les participants clos leur formation au soir du vendredi 25 septembre 2020 à Koudougou.

 

 

Projet Mobilité transfrontalière pastorale apaisée et stabilité sociale au Sahel » (MOPSS)

 

Le projet « Mobilité transfrontalière pastorale apaisée et stabilité sociale au Sahel » (MOPSS) soutient la vision d’une approche régionale intégrée pour le développement du sous-secteur de l’élevage et du pastoralisme au sein duquel la sécurisation pastorale, la transhumance apaisée, et des filières transnationales mieux structurées, génèrent des bénéfices partagés pour les acteurs et actrices du monde rural. Son objectif global est de contribuer au renforcement de la résilience des populations agro-pastorales et à la stabilité sociale au Sahel, entre autres à travers la prévention, l’atténuation et la gestion des conflits.

 

Le projet, prévu pour 3 ans (décembre 2019 – novembre 2022), est articulé autour de trois axes de travail interreliés aux niveaux régional (espace CEDEAO), national (Burkina Faso, Mali, Niger, Togo et Bénin) et local :

1)              Renforcer la gouvernance organisationnelle, notamment dans ses dimensions de redevabilité et de crédibilité de RBM et APESS ;

2)              Rendre l’environnement politique et juridique plus favorable aux spécificités du pastoralisme ;

3)              Soutenir la viabilité économique et sociale du pastoralisme à travers la réalisation d’actions stratégiques au niveau des intercommunalités de trois sous-espaces transfrontaliers : le Liptako Gourma, le Kénédougou et le WAPO (parcs du W, Arly, Pendjari et Oti).

 

Le projet MOPSS est mis en œuvre par un consortium dirigé par SNV, qui inclut CARE, Hub Rural et trois organisations régionales de producteurs (OPR) : le Réseau Billital Maroobé (RBM),l’Association de Promotion de l’Elevage au Sahel et en Savane (APESS) et le Réseau des Organisations Paysannes et des Producteurs de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA).

 

Le MOPSS est sous financement de l’Agence Suédoise de Développement International (ASDI) dans le cadre de sa stratégie de coopération régionale au Sahel sur la « Sécurité humaine et l’absence de violence », et en concordance avec la politique de la CEDEAO.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2020: APESS | Awesome Theme by: D5 Creation | Powered by: WordPress