Crise alimentaire et nutritionnelle 2020. Focus sur la situation pastorale 

Crise alimentaire et nutritionnelle 2020

Focus sur la situation pastorale

Bien avant l’irruption du Covid-19, la situation pastorale était déjà tendue en raison d’importants déficits fourragers, notamment en Mauritanie et au Sénégal ainsi que par endroits au Mali et au Niger. La crise sécuritaire a également fortement perturbé les activités pastorales dans la zone du Liptako-Gourma et dans le bassin du lac Tchad : fermeture de marchés à bétail, difficulté d’accès à certains pâturages, transhumance limitée ou interdite. L’insécurité a entraîné un déplacement massif des éleveurs vers les zones périurbaines.

La situation s’est davantage aggravée avec les limitations de la mobilité liées au Covid-19. La fermeture des frontières perturbe le retour des animaux transhumants dans leurs territoires d’origine ; la forte concentration du bétail aux frontières présente d’importants risques épizootiques et de conflits entre agriculteurs et éleveurs en ce début de campagne agricole. Les restrictions à la mobilité entraînent également de fortes augmentations de prix du bétail dans les villes. Les moyens d’existence des pasteurs sont également fragilisés par les fermetures des marchés hebdomadaires.

Plusieurs membres du RPCA se mobilisent pour mettre en place des initiatives de veille, renforcer les systèmes d’alerte précoce existants et coordonner les réponses. Par exemple, l’APESS a mené une analyse dans 12 pays membres sur les premières tendances impactant négativement le fonctionnement des filières agropastorales. L’ACF et le RBM ont mis en place une plateforme de suivi-veille pastorale pour analyser les impacts économiques du Covid-19 sur les populations pastorales.

L’appel de l’ensemble des acteurs est unanime : il est urgent de mettre en place une réponse ciblée en faveur des acteurs des filières agropastorales.

Documents clés

En savoir plus
Suivi et veille pastorale
« Les pouvoirs publics et leurs partenaires au développement doivent se mobiliser urgemment pour appuyer les communautés pastorales en cette période de soudure pastorale précoce. Mais la pandémie Covid-19 fournit aussi des opportunités : elle permet de mettre en cause la culture du sédentarisme ; les systèmes pastoraux peuvent être une source d’inspiration. Cette expérience nous apprend aussi qu’une éducation à distance est possible. » ÉCOUTER
« Nous appelons les États de la région à créer des fonds d’urgence pour la relance de l’élevage afin de fournir un appui matériel aux éleveurs vulnérables ; pour les aider à reconstituer leurs troupeaux et à reprendre l’élevage. Ces fonds d’urgence permettraient également de venir en aide aux éleveurs déplacés internes suite à l’insécurité. »  ÉCOUTER
« La réponse à court terme s’articulera autour de trois piliers : 1) l’assistance alimentaire et les filets sociaux ; 2) le déstockage pour prévenir la perte physique et les valeurs marchandes de l’animal en anticipant la mise sur le marché et 3) l’appui technique aux activités de l’élevage. » ÉCOUTER
« Le « Mobile Vulnerability Analysis and Mapping » (mVAM) existait avant Ebola et est utilisé depuis dans nos opérations au niveau global lorsque nous rencontrons des problème d’accès physique pour la réalisation d’enquêtes et de mesures de la situation des populations vulnérables. Depuis l’année passée, nous appliquons ce système en Afrique de l’Ouest afin d’obtenir une vue pratiquement journalière de la consommation alimentaire. Dans le cadre du Covid-19, nous avons étendu le système à la plupart des pays de la région en y incorporant des questions propres aux possibles effets de la pandémie sur les populations. »  ÉCOUTER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2020: APESS | Awesome Theme by: D5 Creation | Powered by: WordPress