Modèle de réussite GVEC-APESS: des ressources financière accrues pour le bien être de la femme et de l’exploitation familiale !

Modèle de réussite GVEC-APESS

Aissatou Koumbo, 39 ans, est une jeune femme du village de Souki dans la Région du Nord Cameroun ; elle s’est mariée à l’âge de 20 ans. Suite aux troubles sécuritaires provoqués par Boko Haram elle a regagné sa famille à Souki il y a de cela 3 ans, elle a mené une vie difficile avec ses 03 enfants.

En 2010, APESS, en partenariat avec Plan International, a mis en place un programme d’épargne et de crédit villageois dans la communauté où Aissatou vit. Elle était sceptique quant à la possibilité d’améliorer un jour sa situation financière jusqu’à ce qu’une amie la persuade de rejoindre l’un des groupes d’épargne qui fonctionnait bien.

«  J’ai rejoint le groupe en 2015 » raconte- t –elle ; « J’ai pris un petit prêt pour développer mon activité. J’ai remboursé le prêt et j’ai augmenté mon épargne mensuelle. A la fin de l’année, mon épargne totale s’élevait à 400 000 FCFA. Je n’en croyais pas à mes yeux quand j’ai constaté le montant de l’argent que j’ai épargné ! »

 

Les groupes d’épargne, une bouée de sauvetage

 

Aissatou doit son succès à la vente de Yaourt ou « kindirmu » en langue locale. Il s’agit d’un aliment local obtenu en transformant le lait frais de vache. Son petit capital de départ ne lui permettait pas de produire en grande quantité. Avec un prêt qu’elle a obtenu du groupe d’épargne, elle a acheté plus de lait frais pour être à mesure de répondre à la demande croissante. La petite entreprise d’Aissatou  a traversé les frontières de son village et elle  écoule maintenant ses produits dans la capitale régionale Garoua. La plus part des citadins, y compris les femmes de son groupe, apprécient cette denrée qui est devenue un patrimoine culinaire régional. Le revenu généré par ses petites économies a beaucoup contribué à améliorer le niveau de vie de son exploitation familiale.

APESS a travaillé en étroite collaboration  avec Plan International pour encourager la création  de groupes d’épargne et développer chez ceux-ci les compétences de base nécessaires. Au cours de l’exercice 2016/ 2017, une campagne de mise en place de groupes villageois d’épargne et de crédit (GVEC) a été lancée dans toutes les régions APESS. Pour l’unique région du nord ou vit Aissatou, 291 groupes ont été créés dans 75 villages répartis dans 9 municipalités depuis 2010. L’initiative vise à faciliter l’accès aux exploitations familiales, pour les femmes en particulier, aux services sociaux de base.

 

Quelques 140 groupes supplémentaires seront bientôt opérationnels, ce qui amènera le nombre total de groupes à plus de 500. Ceux qui sont actuellement fonctionnels comptent plus de 10 500 membres et 50% de ces groupes sont maintenant autonomes.  Le nombre de membres augmente au fil des ans, car des nombreux jeunes travailleurs rejoignent des groupes existant ou créent leurs propres groupes. «  Je n’avais jamais vu une association  qui donne de prêt sans intérêts. Les GVEC restent la meilleure option pour nous, les femmes, car ils nous donnent accès à de petits crédits avec des avantages inimaginables », conclut Aissatou.

 

 

Par Idrissa Youssoufa Koeranga

du Centre régional APESS de Garoua.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2017: APESS Afrique | Awesome Theme by: D5 Creation | Powered by: WordPress